[blockchain #1] protocole blockchain-aspects techniques

[mis à jour le 27 octobre 2018] Voici LE sujet, auréolé de mystère, dont vous avez probablement entendu parler depuis un an ou deux : le protocole blockchain. Qu’est ce qu’une chaine de blocs ? Et à quoi cela peut-il servir ? Bonne nouvelle, il n’est pas nécessaire d’être docteur en mathématique pour se familiariser avec ce protocole technique, pensé pour être infalsifiable et dont l’objectif est notamment d’assurer la traçabilité des « messages » échangés entre ses membres. Je vous propose donc « protocole blockchain-aspects techniques » en BD bien sûr !

Commencez par vous familiariser avec la cryptographie

Avant de vous attaquer à la présentation en BD du slider, vous auriez tout intérêt à vous pencher d’abord et sérieusement sur les concepts de base de la cryptographie, la science du chiffrement, indissociable du concept de blockchain. Il vous faut d’abord intégrer les mécanismes du hachage cryptographique et de chiffrement symétrique. Pour accéder à ma présentation en BD hachage et chiffrement symétrique, cliquez sur ce lien.

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


Dans la foulée, intéressez-vous au chiffrement asymétrique, avec clé publique et clé privée. Si ma présentation BD sur ce sujet précis vous intéresse, cliquez sur ce lien.

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


Apres ces deux étapes, vous êtes mûr(e) pour comprendre comment fonctionne un protocole blockchain. Si les explications de Wikipedia sur le chiffrement vous rebutent, vous pouvez aussi essayer « Chiffrement : notre antisèche pour l’expliquer à vos parents » (Next INpact 23 décembre 2016) ou « 8 choses à savoir sur le chiffrement » sur le site web d’Amnesty International (24 octobre 2016).

Mais si vous faites l’impasse sur la compréhension du chiffrement, je ne peux que vous souhaiter bon courage…

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]

Pour illustrer tous ces développements sur la révolution blockchain, les Editions Soleil m’ont accordé le droit d’utiliser les 6 tomes exceptionnels du « Dernier Troyen » de Valérie Mangin et Thierry Démarez. Cet univers mythologique classique y est transposée dans un futur intemporel dans lequel se croisent vaisseaux spatiaux et dinosaures. Moi, j’ai adoré ! Vous trouverez donc la première d’une série de trois présentations en BD sur la blockchain dans le slider ci-dessous. A suivre, « blockchain privée vs blockchain publique » (13 novembre 2018) puis enfin « blockchain as a Service expliqué aux NON juristes » (27 novembre 2018).



protocole blockchain-aspects techniques : Blockchain ? Vous avez dit « protocole blockchain » ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]

Pour bien comprendre ce qu’est un protocole blockchain, et surtout à quoi cela peut servir, faisons un parallèle. Lorsque vous utilisez votre carte bancaire pour payer un achat, le débit de votre compte bancaire est assuré de manière centralisée par votre banque qui va débiter votre compte des sommes correspondantes. Seule votre banque conserve l’original de la base de données des mouvements des comptes de tous ses clients (le « master » de l’enregistrement des entrées/sorties d’argent). Votre banque seule centralise ces échanges d’informations et les conserve pour elle, ne dévoilant que celles qui concernent individuellement et directement chaque titulaire de compte. 

Voilà ce que le blockchain va révolutionner : tous les participants à une même chaine de blocs sauront (i) de qui vient un « message » (qui l’a envoyé), (ii) à qui il est destiné et (iii) ce qu’il contient. Et une grande quantité de serveurs conserveront la copie intégrale de la base de données de l’historique complet des « messages » depuis l’origine de la chaine.

protocole blockchain-aspects techniques : un historique décentralisé et partagé de messages ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]

Avec un protocole blockchain, l’historique des opérations  (ventes / échanges / transmissions de droits qui sont autant de « message » entre deux personnes) est assuré par chacun des « nodes » (ou noeuds en Molière dans le texte) qui composent la chaine de blocs. Chaque « noeud » enregistre les « messages » qui lui parviennent, et les transmet aux autres noeuds. Simultanément, chaque noeud remplit des blocs de messages. Les « blocs » validés par un noeud sont envoyés aux autres noeuds et forment ainsi une chaine, copiée à l’identique sur chaque noeud de la chaine. L’historique des messages est ainsi conservé de manière décentralisée, par chaque noeud qui dispose d’une copie identique de cet historique. DE-CEN-TRA-LI-SEE. Fini les « tiers de confiance » (souvent payant – comme par hasard) ?

protocole blockchain-aspects techniques : un procédé d’échange de messages fiable et infalsifiable ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]

Chaque message comprend la signature numérique de l’expéditeur (clé privée) et du destinataire (clé publique) et permet donc de savoir qui l’a envoyé, à qui, et ce qu’il contient. Depuis l’origine de la chaine. Et chaque opérateur de la chaine de blocs peut accéder à tous les messages figurant dans la chaine. En termes de transparence et de partage d’informations, difficile de faire mieux. C’est à cela que servent les protocoles cryptographiques de signature. L’émetteur utilise la clé publique du destinataire (qui, lui, déchiffre avec sa clé privée unique) et l’émetteur « signe » son envoi avec sa propre clé privée. Je vous avais prévenu, il faut un minimum de maitrise du chiffrement asymétrique pour s’y retrouver…

protocole blockchain-aspects techniques : une authentification quasi certaine de l’émetteur et du destinataire du message

L’intérêt de l’usage du chiffrement dans un blockchain est aussi de s’assurer que celui qui a envoyé un message est bien celui qu’il prétend être. Car un blockchain fonctionne en peer-to-peer, c’est-à-dire par relation directe entre l’émetteur et le destinataire de chaque « message ». Il est donc nécessaire de s’assurer de l’identité de l’émetteur du message, comme de celle de son destinataire. C’est notamment à quoi peut servir un protocole de chiffrement asymétrique, par l’usage par l’expéditeur d’un message de la clé publique du destinataire du message et la certification de ce même message assurée par son destinataire, qui seul peut en valider le contenu qu’il déchiffre en utilisant sa clé privée. C’est bon ? Vous êtes toujours là ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


protocole blockchain-aspects techniques : le contenu des messages n’est pas modifiable

L’intérêt de ce protocole n’est pas de « garantir » que l’information contenue dans un message est « authentique » ou « vraie ». Cela, aucun procédé technique ne le permet. En revanche, la fiabilité d’un protocole blockchain permet de tracer sans doute possible l’émetteur d’un message qui contiendrait des informations intentionnellement ou involontairement fausses. Et ça, pour des industriels (par exemple), c’est très, très utile ! Car une fois validé par son destinataire, le message n’est plus modifiable. Mais son contenu est vérifiable par tous les opérateurs de la chaine. A tout moment. 

En termes de sécurité, difficile – là encore – de faire mieux.

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


protocole blockchain-aspects techniques : vous avez tout compris ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


Devant votre (probable) perplexité, passons aux images dans le slider pour détailler l’ensemble des procédés de chiffrement qui rendent une chaine de blocs extrêmement fiable et quasi-infalsifiable. C’est d’ailleurs là l’intérêt d’un protocole blockchain. Quand il est pensé sans précipitation et qu’il est « piloté » par l’initiateur du « bloc genesis » (nous y reviendrons…).

protocole blockchain-aspects techniques :  et le BitCoin ?

protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


Nous ne parlerons ici du Bitcoin que de manière incidente, car cette crypto-monnaie n’est qu’un élément d’un protocole blockchain spécifique (une « application » disent les professionnels de l’informatique). Si vous comprenez les explications de cette présentation, vous comprendrez (???) comment fonctionne le BitCoin (comme les autres crypto-monnaies). Ce sont les opérations de « minage » qui sont récompensées en unité de compte virtuelle appelée « BitCoin ». Et cette crypto-monnaie peut aujourd’hui être convertie en monnaie nationale (en €uro, en US$, etc.). Ou être utilisée pour servir à la commercialisation de tout type de biens ou de services, notamment sur les darknets.

Si vous voulez tout savoir sur l’inventeur du protocole blockchain, vous pouvez lire l’article fondateur du 31 octobre 2008 de (ce mystérieux) Satoshi Nakamoto. Bon courage encore…

 


Un merci tout particulier à Sébastien Gaïde CTO @ Tilkal sans la patience (euphémisme) duquel cette présentation n’aurait pas été possible. 


protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]


protocole blockchain-aspects techniques [Ledieu-Avocats]